Pacte Transition, la liste Le temps de l’écologie s’engage

Réponse au Collectif Transition Citoyenne

Saint-Étienne le 27 février 2020

Réponses de la liste « Le Temps de l’écologie » portée par Olivier Longeon

En préalable à votre sollicitation sur le « Pacte pour la transition » 2020, vous souhaitez notre engagement à trois principes de base : Sensibilisation et formation à la transition ; Co-construction des politiques locales ; Intégration des impacts à long terme et de l’urgence climatique.

Comme vous pourrez le lire explicitement dans notre programme ci-joint, nous adhérons pleinement à ces trois principes.

Notre objectif est de placer l’écologie au centre de toutes les décisions démocratiques que nous serons amenés à prendre.

Nous voulons une mairie impliquant les citoyens en ouvrant à tous·tes les instances de concertation, en redynamisant les conseils de quartiers que nous doterons de budgets participatifs.

Bien sûr nous ferons évaluer, de façon indépendante, les politiques menées pour mesurer leur efficacité et leur soutenabilité en termes qualitatifs (sociaux, environnementaux) et aussi de gestion.

Pour nous, vos 32 mesures sont largement reprises dans notre projet. La prise en compte de la sélection de ces 32 mesures emblématiques apparaissent dans les chapitres suivants de notre programme :

Mesures 1,7, 21, 26 : chapitre « Préserver la santé des stéphanois·e·s »

Mesures 8, 13,17 : chapitre « Saint-Etienne, métropole zéro carbone en 2050»

Mesures 10,12, 24, 25 : chapitre « Saint-Etienne, ville plus solidaire »

Mesures 14,15 : chapitre « Faciliter le quotidien de tous les stéphanois·e·s. »

Mesures 16, 23 : chapitre « Saint-Etienne, ville amie des enfants. »

Mesures 11,18,19, 20 : chapitre « Une économie innovante au service des stéphanois·e·s et de la lutte contre le dérèglement climatique. »

Mesure 22 : chapitre « Mettre l’art, la culture, et le sport à la disposition des stéphanois·e·s »

Vous trouverez ci-dessous un ensemble de réponses dans le détail de vos mesures.

1. Se doter d’une politique ambitieuse d’achats publics responsables (incluant des dispositions sociales, environnementales et locales).

Nous systématiserons les clauses sociales et environnementales, tout particulièrement dans les marchés de rénovation et d’entretien du bâtiment.

2. Financer les projets de la commune prioritairement par des prêts issus de sources de financements éthiques.

Il va de soi que nous exclurons tout recours aux intermédiaires financiers dont les ressources ne seraient pas certaines.

3. Alimenter les bâtiments et l’éclairage publics en énergie 100 % renouvelable et locale.

Nous développerons un pôle industriel autour de la production d’énergies renouvelables, un véritable Territoire à Energie Positive. Le potentiel a été évalué, il est présent et les différents acteurs économiques, sociaux et investis dans la recherche se connaissent.

4. Donner la priorité au logiciel libre dans le service public pour une informatique au service de l’intérêt général.

Evidemment nous utiliserons autant que faire se peut les logiciels libres dont les performances sont souvent supérieures aux logiciels traditionnels. Ce qui suppose que nous embauchions des codeurs. Nous veillerons à privilégier du «  greencode » pour économiser de l’énergie, souvent en grande quantité.

5. Appuyer la structuration de filières paysannes, bio et locales, rémunératrices pour les agriculteurs et agricultrices.

Nous favoriserons l’installation de filières agricoles vertueuses et accompagnerons les exploitant·e·s sur les terrains municipaux propices à leurs implantations.

Nous développerons des épiceries vertes et solidaires et de nouveaux marchés de producteurs.

06. Préserver et développer le foncier agricole et accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs et agricultrices dans une logique paysanne.

Nous nous efforcerons, avec le concours de St Etienne Métropole et dans le cadre du SCOT, de veiller à la fin du de l’étalement urbain.

07. Proposer une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective.

Nous viserons 100 % d’alimentation bio et locale dans toute la restauration collective. Nous favoriserons les filières de production agroalimentaire et la transition vers le bio en nous appuyant sur les réseaux existants. Nous inciterons les hôpitaux et toutes les administrations de la ville à s’engager vers le même objectif.

08. Préserver et développer les trames vertes (couvert végétal), bleues (cycles de l’eau), brunes (sol) et noires (éclairage) pour redonner sa place au vivant sur le territoire.

Saint-Étienne doit être une ville verte modèle. 13ème ville de France, elle doit être une métropole digne de son rang pour l’écologie. Nous créerons des promenades et parcours verts pour relier la ville à la nature environnante. La ville jouxte le Parc Naturel régional du Pilat et grâce à Saint-Victor, elle est aussi au coeur des Gorges de la Loire. Les accès à la nature seront facilités et sécurisés pour les cyclistes et les piétons. Nous protégerons tous les espaces naturels de la ville. La végétalisation sera renforcée. Nous multiplierons le nombre d’arbres en ville.

Le parc du Bois d’Avaize sera agrandi. Nous proposerons également un agrandissement, avec la création d’une baignade naturelle, au parc Jean-Marc (Métropole).

9 – Mettre fin au développement de grandes surfaces commerciales sur le territoire.

Nous nous efforcerons, avec le concours de St Etienne Métropole et dans le cadre du SCOT, de veiller à la fin du développement de grandes surfaces commerciales au sein de la CDAC.

Nous accompagnerons et aiderons à la reprise d’activités commerciales et artisanales, notamment dans le cadre d’un plan d’ensemble de réactivation de l’activité commerciale du centre-ville.

10. Protéger la ressource en eau, en assurer une meilleure qualité et un accès garanti à toutes et tous, en la considérant comme un bien commun.

Nous protégerons les captages d’eau en les sanctuarisant en zéro-phyto, pour une eau de meilleure qualité. Nous re-municipaliserons la gestion de l’eau et d’autres services publics. C’est une solution pour accorder la plus grande attention à la qualité et à l’état du réseau pour économiser un bien commun précieux. C’est aussi la possibilité de mettre en place une tarification sociale et écologique ainsi que d’éviter des coupures intempestives.

11.Enclencher une démarche territoire à énergie positive, en réduisant au maximum les consommations d’énergie et en développant la production et la consommation d’énergie renouvelable notamment citoyenne.

Nous réduirons l’empreinte écologique de la ville pour lutter contre le dérèglement climatique et tendrons vers une ville zéro carbone. Nous mobiliserons et mettrons en relation toutes les énergies de la cité. Nous optimiserons et mutualiserons les pratiques dans ce domaine.

12. Soutenir les constructions et rénovations à haute efficacité énergétique, ainsi que les conversions de systèmes de chauffage les plus polluants en accompagnant en particulier les ménages en situation de précarité énergétique.

Nous créerons un pôle « éco-bâtiment » pour former aux nouveaux métiers de la réhabilitation thermique des bâtiments et aux activités de rénovation en général.

Nous développerons un pôle d’éco-conception écologique et social pour donner un souffle nouveau à l’économie sociale et solidaire, renouant ainsi avec la tradition coopérative et mutualiste de notre territoire.

13. Contribuer à la fin des projets et infrastructures qui augmentent les émissions de gaz à effet de serre et font reculer la biodiversité.

Nous avons toujours été contre ce type d’infrastructures et avons toujours préconisé les alternatives.

14. Renforcer l’offre, l’accès et l’attractivité de transports en commun sur le territoire.

Nous installerons une ligne de bus à haut niveau de service sur le trajet Montchovet-Métare – Centre ville – Montreynaud en continuité vers La Talaudière – Sorbiers. Elle sera en site propre autant que le parcours le permet. Nous installerons une ligne de bus à haut niveau de service sur le trajet Montchovet – Métare – Centre ville – Montreynaud en continuité vers La Talaudière – Sorbiers. Elle sera en site propre autant que le parcours le permet. Nous faciliterons l’accès aux transports publics par la mise en oeuvre de gratuités sociales progressives, et de gratuité lors d’évènements particuliers et en anticipation de pics de pollution. Nous créerons un « pass famille » et proposerons un « pass intermodal » à rechargement facilité pour toutes les mobilités. Nous élargirons l’amplitude et la fréquence horaire des transports en commun, notamment en les synchronisant, pour rapprocher tous les quartiers du centre ville, y compris en soirée, et particulièrement en fin de semaine.

15. Donner la priorité aux mobilités vertes (marche, vélo) dans l’espace public.

Nous instituerons un parc locatif de mille vélos à assistance électrique, à des conditions tarifaires adaptées aux différents publics. Nous ouvrirons des axes verts accessibles aux modes actifs de déplacements. Ils permettront une mobilité sécurisée en sites propres, largement arborés. Ils rendront le centre-ville plus facilement accessible aux vélos et piétons. Nous créérons deux voies rapides et indépendantes pour vélos : Bellevue/La Terrasse, et Châteaucreux/Clapier.

16. Limiter la place des véhicules les plus polluants et des voitures individuelles en ville.

Nous prendrons les dispositions nécessaires pour l’amélioration de la qualité de l’air et informerons en temps réel la population des niveaux de pollutions. En cas de pics annoncés, nous agirons de manière préventive sur les émissions et leurs origines. Nous renforcerons le réseau de parkings relais, les possibilités de co-voiturage aux différentes entrées de la ville et les vélos en libre service. 

17. Développer une logistique urbaine du transport des marchandises adaptée aux caractéristiques de la commune.

Nous améliorerons le dispositif de livraisons urbaines avec des plateformes logistiques aux entrées de l’agglomération, et la mise en place de livraisons en ville par de petits véhicules non polluants.

18. Impulser et financer une démarche collective de prévention, réemploi, valorisation des déchets en régie ou avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Nous favoriserons le développement des biens et des services partagés grâce aux ressourceries et recycleries de quartiers pour les prêts et dons d’objets.

19. Mettre en place une tarification incitative à la réduction et au tri des déchets pour tous les acteurs de la commune.

Nous affirmerons une politique volontariste de traitement des déchets, l’objectif fixé étant de réduire de moitié dans le mandat les déchets mis en décharge. Les déchets compostables seront systématiquement valorisés et certains seront traités pour produire du bio-gaz qui sera réinjecté et vendu au réseau. Les autres déchets seront tous collectés et triés pour être valorisés. Des formations seront offertes à chacun-e pour mieux comprendre les enjeux. Des composteurs seront proposés dans les immeubles et par secteur et au moins deux déchetteries supplémentaires seront créées.

20. Développer les habitats participatifs accessibles à toutes et à tous en favorisant l’émergence de nouveaux projets, en sensibilisant à l’habitat participatif, et en soutenant les projets actuels.

Nous l’étudierons notamment dans le cadre de notre projet d’éco-quartier à la Charité

21. Assurer l’accueil, l’accompagnement et la réinsertion des personnes en difficulté.

Voir notre chapitre Saint-Etienne, ville plus solidaire

22. Limiter la place de la publicité dans l’espace public.

La publicité commerciale sera supprimée de l’espace public. Des panneaux de libre expression et d’information seront disponibles pour toutes les manifestations à intérêt général et local.

23. Assurer un accès et un aménagement de l’espace public non discriminant, assurant l’usage de tous et toutes, y compris des personnes les plus vulnérables.

Nous conserverons et élargirons les zones apaisées du centre ville limitées à 30 km/h, voire à 20 km/h, et les étendrons aux quartiers où cela s’avére nécessaire. Nous limiterons ainsi la pollution atmosphérique et sonore. 

Progressivement, le coeur de ville sera rendu aux piétons. Lors d’événements particuliers cette mesure sera étendue à « un grand ovale » d’Albert Thomas à Carnot et du Clapier à Fourneyron. 

Nous accélérerons la rénovation des écoles en nous appuyant sur le design, et en construirons de nouvelles. Nous développerons des « écoles-oasis » « dégoudronnées », et végétalisées pour abaisser la température. Nous proposerons des jardins pédagogiques en concertation avec tous les acteurs concernés.

24. Garantir l’accès à un logement abordable et décent pour toutes et tous.

Notre proposition de permis de louer répond à cette question.

25. Proposer gratuitement des lieux d’accompagnement au numérique avec une assistance humaine à destination de toutes et tous.

Un de nos objectifs sera clairement de résorber le mal-logement. Nous rénoverons les logements insalubres ou mal isolés (les « passoires thermiques ») pour améliorer le cadre de vie dans le but de diminuer les charges locatives, avec une meilleure isolation et des systèmes de chauffage adaptés. Nous mènerons une politique spécifique de logement dans tous les quartiers qui visera à une meilleure équité dans la ville. Cela constituera aussi une source de diminution de l’émission des gaz à effets de serre.

Nous favoriserons une offre de logements en accession à la propriété de haute qualité environnementale pour améliorer l’attractivité de la ville. Nous résorberons les 12 000 logements actuellement vacants en proposant de requalifier des petits immeubles avec jardins dans le patrimoine ancien des centres de quartier.

Nous instituerons un permis de louer pour accélérer la rénovation des logements et assurer la réalité et la qualité des travaux pour les logements ouverts à la location.

Nous systématiserons les clauses sociales et environnementales, tout particulièrement dans les marchés de rénovation et d’entretien du bâtiment.

26. Créer des dispositifs publics de premier accueil, à dimension humaine et en lien avec les acteurs associatifs, où pourraient se rendre librement les personnes étrangères à leur arrivée sur le territoire, quel que soit leur statut.

Nous instituerons un accueil pour toutes les personnes en « situation précaire » (grande difficulté, migration, réfugié·e·s), qui sera un lieu destiné à recueillir leur parole et permettre l’accès à leurs droits et besoins.

27. Favoriser l’inclusion des personnes les plus éloignées du monde du travail avec une politique locale de l’emploi tournée vers la transition écologique du territoire et à dimension sociale.

Nous participerons à l’expérience « Territoire zéro chômeur de longue durée » pour permettre le retour à la vie sociale de ceux ou celles qui en sont éloigné·e·s.

28. Mettre en place et renforcer les dispositifs de participation, d’initiative citoyenne, de co-construction de la commune et de ses groupements.

Le débat budgétaire sera précédé d’une consultation de la population. Une formation aux finances publiques sera proposée aux habitant.es qui souhaitent participer. Les instances de concertation seront ouvertes à tous-tes dès l’âge de 16 ans. Nous ouvrirons la Mairie et le siège de la Métropole pour que les habitant.es connaissent mieux leurs institutions. Nous développerons une démocratie impliquant chaque stéphanois.es dans le processus décisionnel de la municipalité. La co-élaboration des projets sera une priorité de la nouvelle équipe.

29. Créer une commission extra-municipale du temps long pour représenter les intérêts de la nature et des générations futures, et s’assurer de l’adéquation des grands projets des communes et de leurs groupements avec les enjeux écologiques, sociaux, climatiques de moyen et long terme.

Une évaluation des politiques menées sera réalisée pour mesurer leur efficacité et leur soutenabilité. Conduite de manière indépendante, elle intégrera des indicateurs qualitatifs aux côtés des indicateurs habituels de gestion.

Plus globalement, notre programme est dédié à la préservation du futur des génération à venir ! 

30. Co-construire avec tous les acteurs concernés une politique associative locale volontariste, pour soutenir le dynamisme et la vitalité économique des initiatives associatives et citoyennes du territoire, garantir leur accessibilité à la plus grande partie de la population, reconnaître et protéger leur rôle critique et délibératif.

Un droit de votation d’initiative citoyenne sera institué. L’objet de la votation devra recueillir un minimum de 5 000 signatures pour être examiné par le conseil municipal.

 Une politique d’accès aux données et informations « Open-Data » sera mise en œuvre.

Elle assurera à toutes et tous le libre accès aux données de la municipalité et de la métropole en respectant les règles d’anonymat et de confidentialité en usage. Nous réactiverons et renforcerons des conseils de quartier indépendants. Ils pourront s’auto-saisir, et disposeront de leurs propres de moyens de fonctionnement. Nous consulterons aussi les stéphanois-es en utilisant les moyens modernes offerts par le numérique. Des commissions extra-municipales seront créées, ouvertes à l’opposition et à toutes structures concernées. Nous réactiverons et renforcerons des conseils de quartier indépendants. Ils pourront s’auto-saisir, et disposeront de leurs propres de moyens de fonctionnement. Nous consulterons aussi les stéphanois-es en utilisant les moyens modernes offerts par le numérique. Des commissions extra-municipales seront créées, ouvertes à l’opposition et à toutes structures concernées.

Des comités d’usagers seront institués. Ils veilleront à la définition et à l’amélioration des services publics. Leurs remarques et suggestions seront rendues publiques.

31. Mettre à disposition des initiatives associatives et citoyennes du territoire, les espaces et ressources pour favoriser leur collaboration, le lien social et le développement de tiers-lieux (espaces d’expérimentation, de partage, de co-gouvernance, etc.) largement ouverts à l’ensemble des habitant·e·s.

Notre proposition de démocratie impliquante avec une mairie et une métropole ouverte répond à cette question.

32. Adhérer aux monnaies locales complémentaires et citoyennes et les mettre en place dans les services publics de la commune et de ses groupements, dans les budgets participatifs et dans le soutien aux associations.

Les monnaies locales sont un excellent support pédagogique, elles sont porteuses de grandes promesses de relocalisation de l’activité économique. Nous envisageons, le cadre légal existant le permettant, d’indemniser en partie les élus locaux par ce biais, et aussi les aides du CCAS, et pourquoi pas, à leur demande une partie du salaire des fonctionnaires volontaires. 

Pour plus de renseignements, notre liste est ici : https://olivierlongeon.org/la-liste-le-temps-de-lecologie/

et

notre programme là : https://olivierlongeon.org/notre-projet/

En restant à votre disposition, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération, Bien sincèrement,

Olivier Longeon

Pour la liste Le temps de l’Ecologie

Soutenue par Cap21-Carrefour citoyen, Europe Écologie Les Verts, Génération Écologie, Les Écologistes Indépendants, Urgence Écologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :