Heureusement tout ceci n’est qu’anticipation // Tribune imaginaire // 1er juin 2016

Paysage du Pilat (42) Massif Central - Olivier Longeon

Nous sommes en 2030 …
Cet hiver encore, une équipe de scientifiques venue spécialement de l’institut Youri Bandajevski d’Ukraine est venue contrôler le taux de radioactivité ambiant et la contamination de l’écosystème qui pousse en lieu et place de l’ex-place de l’Hôtel de Ville.de St-Etienne. Elle affirme avoir croiser un couple de cerfs.
Un équipe japonaise de l’institut Ibakusha de Fukushima prendra le relais cet été à Marseille pour analyser les impacts de la radioactivité assimilée par les enfants déplacés après l’accident. Lors de leur dernière venue, ils avaient évalué à plus de 50%, la part des enfants de l’accident touchés par au moins un problème de thyroïde.
Il y a quelques jours, pour la première fois depuis des années, des fleurs sont réapparues dans la « forêt rousse » des Monts du Pilat. Il s’agit de ce massif forestier qui fut soumis à une telle radioactivité qu’il en roussit pour des années. Les brins de muguet du 1er mai ramassés il y a quelques jours sont d’une taille triple par rapport à ceux du bocage de Notre Dame des Landes, près de Nantes où naguère un projet d’aéroport avait été envisagé.
L’équipe de l’Agence Internationale de l’Énergie propre et du démantellement de l’énergie atomique, qui a inspecté il y a quelques jours les lieux de l’accident affirme que le sarcophage devient poreux à cause de la radioactivité dégagée sur les lieux. Les scientifiques ont demandé l’aide de toutes les régions d’Europe pour financer une nouvelle enveloppe d’isolement, la troisième en quinze ans.
150 000, c’est à peu près le nombre de décès induits par la grande catastrophe du 26 juillet 2018 quand les 2 réacteurs de la centrale de St Alban-St Maurice (38) ont fondus.
L’avocat Etienne Tête écologiste qui a repris du service pour la circonstance au barreau de Paris, a obtenu hier la condamnation d’EDF pour faute grave et mise en danger d’autrui. Il a fait témoigner Michele Rivasi, l’ancienne fondatrice de la CRIIRad.
A l’heure où nous bouclons notre journal, nous ne savons pas si le centrale de Bugey dans l’Ain sera bel et bien arrêtée le week-end prochain dans le cadre du programme français de sortie du nucléaire voté à l’assemblée nationale en septembre 2018. Rappelons que ce sera alors la fermeture du dernier réacteur nucléaire encore en service en France. Ce sera aussi un peu la fin de l’ère gaulliste.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :